Five Monkeys Production

Five Monkeys ProductionAssociations 

On parle toujours des studios, des réalisateurs, des acteurs mais on parle trop rarement des coulisses. On parle des œuvres mais rarement des ouvriers. Et parmi ces derniers, certains ont décidé de créer leur propre association pour mettre en avant leur travail mais également celui des autres.

 

Petit résumé de l’association

Five Monkeys Production est une association loi 1901 de production de contenus audiovisuels, événementiels et de spectacle vivant. Créée en 2014, elle rassemble différents acteurs de l’industrie artistique et culturelle et propose la mise en commun des connaissances et compétences de ses membres. Elle a pour but la réalisation d’œuvres de qualité, originales ou en collaboration et la diffusion desdites œuvres auprès du public.

Imaginée par Alexandre Varnière et co-fondée avec l’aide de Nicolas Fardoun, Adrien Marie-Hardy, Andrea Wagenknecht, David Pedreira et Reuven Abbou, ils forment ensemble les Five Monkeys.

 

Amusons-nous, amusons-les !

Afin de présenter au mieux les activités de l’association, j’ai pu interroger Alexandre Varnière, son fondateur principal :

 

Pourquoi Five Monkeys ?

Au début du projet il y a 3 ans et demi maintenant, nous étions cinq, deux comédiens, un chargé de la communication, un ingénieur du son et un producteur. Nous nous sommes d’abord rapprochés parce que nous étions amis et que nous rigolions bien tous ensemble. Surtout côté comédien, on aimait faire les imbéciles, faire les singes en fait !

À l’origine, on voulait s’appeler les Flying Monkey, un seul singe avec des ailes mais le nom était déjà pris alors on a cherché autre chose, le sigle FMP nous plaisait bien et on était cinq, du coup le Five Monkeys est arrivé tout seul ! Maintenant, nous sommes plus nombreux mais on garde notre identité à travers ce nom, ce logo qui plait beaucoup et qui marque et surtout notre motto, qui reste le même depuis le début : Amusons-nous, amusons-les !

Quand une équipe de comédien s’entend bien et s’amuse ensemble sur scène, les spectateurs le ressentent et perçoivent cette relation, cette affinité entre les membres de l’équipe. C’est très important pour nous de garder cet esprit, cette bonne entente et cette ambiance amicale dans la structure.

 

Alexandre Varnière Alexandre Varnière
Originaire de la région parisienne, Alexandre se découvre très jeune un intérêt pour le théâtre et pratique pendant plus de dix ans le théâtre en amateur, avant de rejoindre en 2008 l’école d’Art Dramatique Jean Périmony.
C’est à la fin de cette année 2014 qu’il décide de créer l’association Five Monkeys Production dans le but de monter de nouveaux projets théâtraux. Il s’entoure pour cela de fondateurs hétéroclites venus d’univers variés mais tous membres de l’industrie artistique et culturelle.
En parallèle, il a plusieurs autres projets de pièces, de courts-métrages et d’autres formats de créations au sein des différentes structures dont il fait partie. Il s’essaye également à l’écriture romanesque avec son compagnon des premiers spectacles Simon Delviller, avec qui il co-écrit La Chaise Volante, roman fantastique dans l’univers du théâtre, au ton humoristique proche de celui des Monty Pythons.

 

Quel a été le premier projet réalisé en commun ?

Le premier projet était une tentative de vidéo de présentation de l’association avec un tout petit court-métrage de combat tourné dans un parking, dont on peut voir un extrait dans le trailer audiovisuel de l’association juste ici. L’idée était de tourner 5 séquences avec 5 ambiances différentes pour montrer un peu ce qu’on pouvait faire, nous en avons tourné deux avant d’avoir un premier vrai projet de fiction « À quoi tu penses ? » lors des 48 Heures Film Festival, un concours qui consiste à écrire, tourner et monter un court-métrage en 48 heures justement.

 

 

Produisez-vous tous les contenus présents sur le site ou proposez-vous également de simplement en faire la promotion ?

Nous avons deux pôles au sein de l’association, comme les deux faces d’une même pièce : un de création originale, que ce soit de pièces de théâtre, de court-métrage, de clip, d’événement, etc. et un de diffusion, de promotion effectivement, de court-métrages existants à envoyer en festival, en organisant des projections par exemple, ou bien des spectacles qui existent déjà au sein d’une structure et pour laquelle on fait de la diffusion, c’est à dire qu’on essaye de leur trouver des dates de représentation à Paris ou en France.

 

Reuven Abbou Reuven Abbou

Après son diplôme de photographie, option post-production, à Gobelins, L’école de l’image, Réuven s’installe comme photographe et retoucheur freelance. Il rejoint Five Monkeys Production au début de l’année 2014. Il intègre alors les postes de scénariste et Directeur de la photographie au sein de l’association.

Depuis, ça se passe plutôt bien.

 

Comment financez-vous les projets réalisés ? (Aide régionale, organismes, ville, particulier, entreprises, etc…)

C’est le pôle de diffusion qui nous rapporte nos (trop rares) sous, avec la réalisation de captations pour des spectacles et la vente de dates pour les différents spectacles défendus par l’association. Malheureusement, c’est peu donc c’est pour ça que nos court-métrages ont toujours une envergure modeste. Mais nous allons faire une demande de subvention comme je t’ai dit pour, entre autres, acquérir du matos.

 

Qui a réalisé le logo de l’association ?

C’est une graphiste parisienne qui s’appelle Kolsin, qui fait un travail remarquable visible notamment ici mais le site ne m’a pas l’air entretenu depuis un moment. On en est sûrement contents, on a d’excellents retours à propos du logo, il marque bien quand on le voit pour la première fois et il nous correspond bien : simple, cool, marrant, sérieux mais décontracté ! En toute modestie, bien sûr (rire).

 

 

Comment se déroule la vie en association ?

C’est assez simple : on se voit au minimum une fois par semaine, parfois plus régulièrement, pour discuter d’un sujet en particulier avec les personnes que ça concerne. Par exemple, si je veux travailler sur la demande de subvention, je vais voir Nico, notre chargé de développement et David notre directeur de la production ; et si je veux discuter de la diffusion d’un projet, je vois le chargé de diffusion et le porteur du projet en question. Et en temps normal, si nous ne ne voyons pas, nous discutons sur notre Discord, c’est une plate-forme de chat à la fois écrit et vocal. Quand on est chacun chez soi en train de bosser pour l’association, on peut discuter entre nous ! C’est en attendant d’avoir un vrai bureau où discuter (rire).

 

Andrea Wagenknecht Andréa Wagenknecht

Ayant fait ses premiers pas sur les planches très jeune, Andrea se lance dans dans le théâtre en arrivant à Paris. Elle y suit le cours Périmony pendant trois ans et fait ses débuts en 2009, notamment au festival d’Avignon. Elle fait également partie d’une compagnie de théâtre de rue, la Compagnie des Nuits Fraîches, avec qui elle se produit régulièrement depuis 4 ans.

À de nombreuses occasions elle fréquente les plateaux de cinéma, en tant que comédienne ou figurante et s’est rapidement aperçu de son attrait pour l’envers du décor. Elle a l’opportunité de connaître sa première expérience à l’assistanat réalisation sur 4 épisodes d’une série dont elle est co-scénariste. Depuis elle a enchaîné projet théâtre et cinéma avec la même passion.

Elle fait aujourd’hui partie de Five Monkeys Production pour mettre à profit ses connaissances et son réseau, ainsi que pour découvrir et collaborer avec de nouveaux artisans du spectacle et de l’audiovisuel.

 

Combien de personne compte l’association à ce jour et quels sont les domaines d’activité de chacun ?

Au plus large, on doit être une trentaine dans l’asso, mais encore une fois, tout le monde ne participe pas à toutes les réunions. Par exemple, un ingénieur du son ne viendra que sur des réunions ou des projets où il aura quelque chose à faire. Même si c’est juste venir voir comme ça se passe ! De manière régulière, on est 7 à travailler « quotidiennement » au moins une fois par semaine pour la structure : les 6 présentés sur la page « l’équipe » du site et un dernier irréductible qui n’a pas encore posté sa photo !

Alors pour les activités des uns et des autres :

  • Je suis comédien animateur
  • Nicolas est chargé de communication pour des marques
  • Adrien est photographe tout en bossant aussi un peu dans la communication
  • Andrea est comédienne assistante mise en scène
  • David est assistant-monteur de formation et est un peu touche-à-tout en ce qui concerne les tournages
  • Reuven est photographe retoucheur dans la mode

 

David Pedreira David Pedreira

Passionné par le cinéma et le dessin animé, David entame en 2010 une licence cinématographique à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Puis en 2011, il réalise un film expérimental en Super 8 sur le langage du corps, tout en participant en parallèle à divers courts-métrages étudiants.

En 2013, il obtient sa licence cinématographique tout en co-réalisant cette année là son 1er court métrage La Tête dans le plat, à l’occasion duquel il rencontre Alexandre Varnière. Par la suite, il fait un stage dans la société Electron Libre Production, filiale de Lagardère Entertaintement, en tant qu’assistant-monteur. Il y travaille sur des documentaires pour France 5 et Arte ainsi que sur des émissions pour France 24. En septembre 2013, il commence un Master Cinéma à l’université Paris 1, tout en débutant une réflexion sur le dessin animé japonais.

En 2014, David fait un stage dans la société RVZ dans la section caméra. Il est également perchman sur le court-métrage On Reprend de Daniel Gopnik pour l’association La Kinosphère. En octobre de la même année, il commence une formation en master production à l’école audiovisuelle EICAR en parallèle de son master à l’université, tout en menant à terme deux projets de court métrage.

A la fin de ces projets, en juin 2015, il rejoint l’association Five Monkeys Production en tant que directeur de production, pour s’occuper de la gestion économique des différents projets de l’association. Ce même mois, il commence un stage dans la société Teamto en tant que coordinateur de production sur la série d’animation 3D Pjmask. Depuis il gère la production du court métrage Le Regard de la Méduse et de divers projets de l’association, tout en menant de nombreux travaux d’écriture.

« L’art est un partage d’émotion, de réflexion, de sentiment et de plaisir. Il est là pour offrir à l’homme un moyen de déclarer sa flamme. Je suis là pour que cette flamme continue à brûler. »

 

Avez-vous des objectifs précis pour le futur ? Pensez-vous faire évoluer l’association ?

Nous avons deux objectifs actuellement : le premier est de terminer les différents projets audiovisuels que nous avons dans les cartons depuis un moment, qui sont coincé en post production pour des raisons techniques mais qui – on l’espère – devraient être réglés rapidement et la diffusion de ces courts-métrages en festival. Le second est la demande d’une subvention de fonctionnement et par conséquent l’installation dans des locaux pour développer encore plus avant l’association avec une activité plus régulière dans un lieu alloué uniquement pour ça. Pour l’instant, on se voit chez les uns chez les autres mais on aimerai un espace de travail pour les activités de production mais aussi pour lancer des ateliers, des cours de théâtres, ce genre de chose.

 

 

Y a-t-il des personnes travaillant dans le milieu musical au sein de l’association ?

Nous avons plusieurs personnes dans l’association qui travaillent de près ou de loin dans l’univers de la musique ou dans la diffusion de concert, ce genre de chose. Nous n’avions jamais envisagé de faire ça auparavant, principalement parce que je viens du monde du théâtre et que je n’ai que peu d’accointances dans le milieu musical mais c’est une idée qui nous vient de plus en plus souvent, surtout sous l’impulsion de ces membres mélomanes !

 

Envisagez-vous de réaliser un long-métrage ensemble ? Avez-vous des productions en cours ?

Nous avons tout à fait envie de nous attaquer à un projet comme ça mais actuellement, c’est une tâche beaucoup trop conséquente pour qu’on puisse y songer sérieusement. C’est un objectif – plus lointain celui-là – mais je suis sûr que c’est apparu dans la tête de plusieurs des réalisateurs qui travaillent avec nous ! Nous avons tourné une bande annonce pour un projet de long-métrage avec un réalisateur japonais il y a deux ans mais le projet s’est malheureusement arrêté là car le réalisateur est retourné au Japon pour ne pas en revenir, du moins pour l’instant.

Actuellement nous avons deux projets en post production : « Monsieur Chester », un court-métrage de science fiction dans un train, et « La Main Tendue », un court-métrage sur la maladie des enfants de la Lune. Les deux sont en attente d’étalonnage, c’est à dire de travail sur les couleurs, pour les harmoniser entre toutes les parties du film.

 

Adrien Marie-Hardy Adrien Marie-Hardy

Adrien sort diplômé des beaux-arts de Strasbourg en 2017 où il est passé entre temps d’une peinture sur toile à une peinture sur humains. Passionné de scénographie et souhaitant créer des scènes plutôt que des objets fixes, c’est tout naturellement qu’il s’intéresse au théâtre où il y trouve les bons leviers pour rendre plus vivantes ses installations.

Il tente désormais de créer un hybride entre pièce de théâtre et exposition en galerie et a créé deux courtes pièces, Total Wunderbach et Jusqu’ici tout va bien jouées à la Filature, scène nationale, en 2017 où il a découvert le monde des planches parallèlement au monde du marché de l’Art qu’il aimerait rendre moins anxiogène grâce à ce biais, ayant travaillé en galerie quasiment au même moment.

Il fait désormais partie de Five Monkeys Production en tant que chargé de diffusion afin de rester hybride lui-même et découvrir de nouveaux lieux, afin d’imaginer encore plus de possibles. Et à côté, il peint et photographie toujours.

Découvrez ses créations : https://adrienmariehardy.carbonmade.com

 

Comment réalisez-vous les tournages ? Recevez-vous l’aide d’autres professionnels ?

L’une des idées à la base de l’association, c’était justement de pouvoir créer un projet artistique – que ce soit une pièce, un clip, une projection, un jeu, un court-métrage – de bout en bout sans faire participer d’intervenant extérieur. On y est plus ou moins arrivé sur les derniers projets avec que des gens qui font partie de l’asso’ et qu’on appelle pour les projets quand on a besoin d’eux ! Ça nous arrive très souvent de rencontrer des nouvelles personnes par l’intermédiaire de membres de l’asso, et c’est l’occasion pour nous de présenter FMP et de leur proposer de nous rejoindre !

 

 

Aimeriez-vous que d’autres associations vous rejoignent pour travailler ensemble ?

Nous l’avons déjà fait une fois il y a très longtemps mais récemment, non. Et effectivement ce serait avec un grand plaisir de monter un projet comme ça, ensemble, parce que plus les projets sont importants, plus c’est compliqué à organiser !

 

Une anecdote amusante ?

David et moi nous nous sommes connus lorsqu’il était à l’école et qu’il a réalisé un court-métrage nommé « La Tête dans le Plat » où je finissais littéralement la tête dans une assiette remplie !

 

Voilà pour cette interview ! N’hésitez pas à aller visiter le site de l’association et à découvrir le travail de tous ces artistes. Vous retrouverez tous les liens disponibles ci-dessous :

 

Visiter le site officielPlus de vidéos sur Youtube

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.