CatzArtistes 

Aujourd’hui, (après plusieurs mois sans activité sur le site (j’en suis désolé), j’aimerais vous présenter Catz une artiste issue des Côtes-d’Armor, et ce, au travers d’une interview où, elle nous parle de son métier, de sa vie, et surtout de sa passion pour la peinture !

– Bonjour Catz, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Audrey, j’ai 37 ans et je pratique la peinture un peu partout en Bretagne.

– Depuis combien d’années pratiquez-vous le body painting. Est-ce une passion ou un métier ?

J’ai commencé en 2010. Je peins depuis une quinzaine d’années maintenant. Je suis peintre de métier, le body painting est une des activités que je pratique, liée à la peinture.

– Avez-vous suivi un cursus en particulier ou au contraire, avez-vous un parcours atypique ?

J’ai voulu faire une école d’art et je n’ai pas apprécié la compétitivité et l’ambiance. Je pensais y trouver un accompagnement à travers des techniques d’apprentissage. De fait, je n’ai fait qu’un court passage dans cette école et j’ai continué à peindre de mon côté.

– D’où vous est venue l’envie de pratiquer l’art du body painting ?

Le body painting m’a fait découvrir de nouvelles possibilités. La peau est vivante, et la personne qui est peinte apporte une dimension « théâtrale » et toute aussi vivante à la peinture.
Il y a là trois dimensions qui offrent une nouvelle perspective. Par exemple le ventre rond d’une femme enceinte, qui se déforme en fonction de si elle est assise ou debout, le ventre qui ondule sous le pinceau…
Mon premier body painting c’était dans le cadre d’un court métrage, c’était une femme enceinte et je devais peindre une planète terre sur son ventre. Ce fut pour moi une révélation !

– Comment une séance se déroule-t-elle, les personnes sont-elles volontaires ou est-ce vous qui démarchez ?

Le plus souvent ce sont des volontaires. Il m’arrive de glisser ma carte quand la personne correspond au profil que je recherche pour un thème.
Pour ce qui est du déroulé de la séance, tout dépend si je le fais dans le cadre d’une création spontanée ou pour une commande. Je peins parfois à la demande, pour des personnes souhaitant être peintes et immortalisées en photos. Nous discutons du thème, des couleurs, des photos. Je me déplace à domicile, et je peins chez eux.
S’il s’agit d’une création personnelle, je fais un appel à candidatures, j’explique ensuite mon idée au modèle et s’il se « retrouve » dans mon projet, et que les contraintes techniques lui conviennent, nous programmons une séance.
Là nous nous rendons à mon atelier, la réalisation prend entre 1 et 5 heures en fonction de la complexité du thème et (parfois) des idées qui me viennent sur le moment.
J’aime écouter mon intuition et également modifier ma vision en compagnie de la personne qui m’accompagne dans ce projet.

[APPARTE]

– Le Body Painting c’est quoi, ça vient d’où ? Un peu d’histoire…

[RETOUR A L’INTERVIEW]

– S’il y en a un, quel est le but de vos créations ?

Surprendre, rendre le corps différent, béa ou mystique et donner une autre dimension à la peinture. L’érotisme dans cet art ne m’intéresse pas. Je vois un corps nu comme un état naturel qui ne devrait pas être érotisé à tout prix. Pour cela je ne recherche pas de « tops modèles » standardisés.

– Quel type de peinture utilisez-vous ?

J’utilise de l’acrylique pour mes décors, et sur la peau, du maquillage de haute qualité.

– Vos créations sont-elles éphémères (quelques heures, quelques jours ?) ou durent-elles dans le temps ?

Mes créations sont complétement éphémères et c’est quelque chose que je trouve d’autant plus intéressant. Cependant il reste, en plus du souvenir, les photos.

– Y a-t-il des contraintes particulière à la pratique du body painting ?

Pour le modèle : Avoir une peau en bonne santé (pas de boutons, peau hydratée) car cela compte pour le résultat final. Être disponible et être à l’aise dénudé, même si je tiens compte des complexes (personne n’est parfait).
Pour moi, la contrainte c’est le coût, l’entretien du matériel, car la qualité des produits est indispensable pour un bon résultat et une absence d’allergies. Les produits vendus dans le commerce n’offrent pas la qualité optimale, (texture, confort, tenue dans le temps, absence d’éléments allergènes dans la composition).
Quant au résultat, la difficulté c’est d’approcher ce que j’ai dans la tête, et que les modèles soient heureux de l’expérience (quand c’est le cas, bien souvent ils posent à nouveau).

– Arrivez-vous à vivre de cette passion ?

En effet. Et actuellement je me diversifie, j’aime travailler au contact de gens très différents, et sans jamais exclure personne. L’âge ou le handicap ne doivent pas constituer un obstacle, je me bats pour rendre la peinture et la création accessible à tous.
 
 
Et voilà ! Ainsi s’achève cette interview. J’espère que cet article vous aura plu. Je vous laisse le plaisir de découvrir les autres créations de Catz ci-dessus, et vous invite à visiter sa page Facebook, ainsi que son site web.
 
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire, ou laissez simplement votre avis !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.